Haut de page

Vous êtes ici

Canaux, rivières, vallées : des séquences d’intensification du paysage

Au sein des grandes surfaces de campagnes bocagères, les lignes de certaines vallées unissent les formes du relief, les cours d’eau, les chemins permettant de les apprécier, et certains ouvrages d’art remarquables (ponts, écluses). Ces lignes dessinent des séquences où le paysage se fait plus « intense », au sens où il rassemble des éléments plus nombreux, des formes plus singulières, et des conditions de perception renforcées par les usages de loisirs.<\h6> La forme des vallées peut, en soi, créer les conditions de « bassins visuels » offrant une lecture à la fois large et cadrée des campagnes. Mais certaines séquences de vallées ou de canaux sont des lieux particuliers, dont l’ambiance est déterminée par leurs propres composantes et la perception limitée à un étroit couloir visuel.

Le territoire compte de très nombreuses rivières, mais qui s’inscrivent dans les unités de campagne sans se distinguer assez nettement pour former des unités paysagères en soi. Les cours d’eau sont en outre souvent peu visibles, peu accessibles. Les unités de paysage suivantes sont distinguées pour leur caractère de vallée ou de canal : Basse vallée du Couesnon, Canal d’Ille-et-Rance, Vallée de la Vilaine. Voir chapitre eaux et forêts