Vous êtes ici

Haut de page

Recherche

Article
23/12/2019
Choisissez une commune pour afficher la liste des unités de paysage qui la concernent :
Article
23/12/2019
Dynamiques observées Les évolutions territoriales les plus notables concernent : 
Article
23/12/2019
Le réseau des routes et des principales agglomérations est à la fois un très important point de vue, et une partie du territoire marquée davantage par les effets du développement, qui se distingue des paysages ruraux tout en dialoguant avec eux.
Article
23/12/2019
La perception des vallées se renforce du fait des cadrages par les reliefs, la présence des rivières et des canaux, des fréquentations plus intenses, le passage d’infrastructures importantes, et de nombreuses implantations urbaines.
Article
23/12/2019
Le réseau des routes et des principales agglomérations est à la fois un très important point de vue, et une partie du territoire marquée davantage par les effets du développement, qui se distingue des paysages ruraux tout en dialoguant avec eux.
Article
23/12/2019
Précisions sur chacune des cinq sous-unités : marais noirs, marais blancs, digue, buttes et polders
Article
23/12/2019
La Reconstruction, l'importance des besoins en logements et le développement économique du territoire ont engendré des bouleversements, transformant les paysages des villes et des bourgs ruraux.
Article
23/12/2019
La figure du Mont est indissociable de la mer, de l’estran, des activités qui les animent. Ensemble ils s’inscrivent dans un champ plus vaste encore qui intègre les terres environnantes et forment « la baie du Mont-Saint-Michel ». La baie dans son entier est impliquée par les regards portés sur le Mont-Saint-Michel et son environnement. La notoriété mondiale du Mont-Saint-Michel occasionne une quantité de représentations qui associent la baie qui l’environne, l’ensemble formant un des paysages les plus emblématiques du département.
Article
23/12/2019
« Les marais les plus considérables sont ceux de Dol, dans l'arrondissement de Saint-Malo. Ils ont été formés par un envahissement de la mer, au commencement du VIIIe siècle. Les eaux se retirèrent par degrés, et laissèrent à découvert un terrain considérable qui devint susceptible de culture, et se couvrit bientôt habitations; mais en 1606 et en 1630, la mer inonda de nouveau une partie de ce terrain, qu'on n'a pu reconquérir, et elle détruisit de fond en comble les communes de Sainte-Anne et de Paluel.
Article
23/12/2019
« Lorsque le temps était beau, les pensionnaires sortaient le jeudi et le dimanche. On nous menait souvent au mont Dol, au sommet duquel se trouvaient quelques ruines gallo-romaines ; du haut de ce tertre isolé, l’œil plane sur la mer et sur les marais où voltigent pendant la nuit des feux-follets, lumière des sorciers qui brûle aujourd'hui dans nos lampes. (…)
Article
23/12/2019
La richesse du réseau hydrographique et des ressources locales favorisent la production et les échanges, sur la façade littorale, comme sur l’ensemble du territoire.

Pages