Haut de page

Recherche

Article
23/12/2019

Principales dynamiques observées : L’unité paysagère est l’objet de plusieurs dynamiques associées qui influent différemment sur les territoires :

Article
23/12/2019

Inscrits dans la baie du Mont-Saint-Michel dont ils sont une des principales composantes, les marais de Dol forment un paysage incomparable qui associe plusieurs structures paysagères sur un socle original.

Article
23/12/2019

Des reliefs originaux, des perspectives offertes par un bassin ouvert, des ambiances variées liées notamment à la présence des marais, des vues depuis les rebords… : la vallée du Couesnon est un paysage aux nombreuses qualités, mais qui ne se perçoit qu’en pointillés.

Article
23/12/2019

La limite ouest des crêtes de Saint-Just est dessinée par la vallée de l'Aff, puis par celle de l'Oust. Ces vallées encaissées, dans un secteur parcouru de barres schisteuses et granitiques difficiles à traverser, se rejoignent au niveau de Glénac. A la confluence des deux rivières se trouve un vaste marais riche en biodiversité que longe une portion du canal de Nantes à Brest.

Article
23/12/2019

L’introduction dans le débat sur la ville, puis dans l’acte de bâtir, d’une pensée environnementale, qui existait avant le Grenelle de l’environnement et que celui-ci a imposé comme un préalable, a profondément modifié les processus d’élaboration des tissus urbanisés. Le « penser global » s’est imposé de plus en plus avec son corollaire de démarches spécifiques telles que les AEU, les PLU, les SCOT et autres PLH.

Article
23/12/2019

Dynamiques observées

Moins de contrastes et de variété

Article
23/12/2019

Dans une position d’articulation entre les marais de Dol, la baie du Mont-Saint-Michel et les massifs de Saint-Broladre et Saint-Pierre-de-Plesguen, traversée par de nombreuses voies, l’unité du Bassin de Pleine-Fougère peut être regardée depuis de nombreux points de vue. Elle présente un paysage rural au bocage peu dense, ponctué de bourgs, et auquel Dol donne une centralité.

Article
23/12/2019

Le massif surmonté de boisements compose un repère identifiable depuis les unités voisines, et offre de larges vues sur ces dernières. Le plateau est entaillé par des ruisseaux, et ponctué de points d’eau. La densité d’arbres y est impressionnante et les forêts, bien référencées, composent des pièces de paysages variées.

Article
23/12/2019

Cette unité de paysage vallonnée est marquée par une campagne à dominante bocagère. Ses limites clairement définies entretiennent d’importantes relations de covisibilité. Le Bassin est marqué par sa ville-centre : Combourg.

Article
23/12/2019

Dynamiques observées

Les évolutions les plus notables concernent :

  • Les développements urbains, qui touchent en priorité les communes situées à l’ouest, à proximité de la RD137, ainsi que Combourg en partie centrale de l’unité du Bassin de Combourg. Les localités à l’est sont moins impactées ;
  • Les transformations du paysage agricole, moins bocager, surtout à l’ouest de l’unité de paysage.

Article
23/12/2019

Le paysage est caractérisé par une succession de collines d'est en ouest, plus ou moins resserrées. Ces collines créent dans les creux des horizons courts aux ambiances intimes, sur les hauteurs des vues lointaines guidées par des éléments remarquables. Les boisements, constituent des fonds de tableaux omniprésents dans le paysage.

Pages