Haut de page

Recherche

Article
23/12/2019

Les frontières départementales d’aujourd’hui permettent de souligner la position centrale de l’Ille-et-Vilaine dans le Massif Armoricain, le gradient intérieur est-ouest de ses caractères bretons et sa différenciation paysagère nord-sud. Mais à part le trait de côte au nord, ces frontières elles-mêmes correspondent assez peu à des limites naturelles ou culturelles perceptibles.

Les frontières historiques

Article
23/12/2019

Un substrat géologique peu visible et inconstant

Article
23/12/2019

L’Ille-et-Vilaine est le plus « terrien » des départements bretons.

Article
23/12/2019

A la fin du XIXe siècle, guides touristiques et publications « savantes », mais aussi littérature et peinture, ont en partie déjà fixé les principales représentations des paysages et des sites d’Ille-et-Vilaine. Ils en ont aussi durablement donné les valeurs qui n’ont été que peu ou pas remises en cause depuis.

Article
23/12/2019

Peintres, écrivains, poètes et cinéastes ont, depuis le début du XIXe siècle, participé à la constitution d'un imaginaire des paysages, ou plus précisément, de certains paysages d'Ille-et-Vilaine. Car, sans surprise, comme c'est le cas partout en Bretagne, la mer et la côte ont davantage attiré les artistes que la campagne et les villes.

Article
23/12/2019

Cartes postales, guides touristisques, marketing territorial, Internet constituent un ensemble de représentations populaires qui ont formé et forment encore le goût aux paysages. En Ille-et-Vilaine, si les paysages dignes d'être représentés restent globalement les mêmes depuis la fin du XIXe siècle, on peut en marge percevoir certains infléchissements.

Article
23/12/2019



Article
23/12/2019

Avec les séquences urbaines emblématiques de Dinard, Saint-Briac, Saint-Lunaire, entre lesquelles s’intercalent quelques beaux espaces naturels, le paysage de la Côte d’Émeraude entre Frémur et Rance se présente comme un archétype du paysage balnéaire breton. Peinte, photographiée, dessinée sans discontinuer depuis la fin du XIXe siècle, cette côte balnéaire et très touristique côtoie cependant un arrière-pays moins connu où se mêlent espaces servants, zones de développement et paysages ruraux.

Article
23/12/2019

Dynamiques observées

  • Une forte pression immobilière est portée par l’attractivité de la côte et la bonne desserte routière et ferroviaire. La demande de logements individuels a généré une forte progression urbaine en étalement, accompagnée, après 1950, de formes urbaines et architecturales assez standardisées. La pression s’exerce toujours plus vers l’intérieur des terres, l’étalement se poursuit vers le sud, qu’il s’agisse des programmes de logement ou des secteurs d’activité.
Article
23/12/2019

Bassin salé fermé par le barrage au nord, la Vallée de la Rance maritime est caractérisée par son propre rythme de marées, des pointes rocheuses avancées sur l’eau, des renfoncements, et les pièces intimes de paysage qui la ponctuent. Ses coteaux et ses rebords agricoles confortent son caractère de paysage ouvert.

Article
23/12/2019

Le Clos-Poulet, avancée du socle granitique sur la mer, anciennement appelé « pays d’Aleth », associe une superbe côte maintes fois représentée par les peintres et une campagne maraîchère ponctuée de malouinières et de fermes. Le littoral, très découpé en petites baies et avancées rocheuses, se déploie en grande partie entre les villes-ports de Saint-Malo et Cancale.

Pages