Haut de page

Recherche

Article
23/12/2019
« Lorsque le temps était beau, les pensionnaires sortaient le jeudi et le dimanche. On nous menait souvent au mont Dol, au sommet duquel se trouvaient quelques ruines gallo-romaines ; du haut de ce tertre isolé, l’œil plane sur la mer et sur les marais où voltigent pendant la nuit des feux-follets, lumière des sorciers qui brûle aujourd'hui dans nos lampes. (…)
Article
23/12/2019
L’exemple du Vivier-sur-Mer Coupe du Vivier-sur-Mer, de la baie au marais Le Vivier-sur-Mer, une implantation urbaine initiale le long de la grève
Article
23/12/2019
Précisions sur chacune des cinq sous-unités : marais noirs, marais blancs, digue, buttes et polders
Article
23/12/2019
La figure du Mont est indissociable de la mer, de l’estran, des activités qui les animent. Ensemble ils s’inscrivent dans un champ plus vaste encore qui intègre les terres environnantes et forment « la baie du Mont-Saint-Michel ». La baie dans son entier est impliquée par les regards portés sur le Mont-Saint-Michel et son environnement. La notoriété mondiale du Mont-Saint-Michel occasionne une quantité de représentations qui associent la baie qui l’environne, l’ensemble formant un des paysages les plus emblématiques du département.
Article
23/12/2019
Le Clos-Poulet, avancée du socle granitique sur la mer, anciennement appelé « pays d’Aleth », associe une superbe côte maintes fois représentée par les peintres et une campagne maraîchère ponctuée de malouinières et de fermes. Le littoral, très découpé en petites baies et avancées rocheuses, se déploie en grande partie entre les villes-ports de Saint-Malo et Cancale.
Article
23/12/2019
« Saint-Malo n’est qu’un rocher. S’élevant autrefois au milieu d’un marais salant, il devint une île par l’irruption de la mer qui, en 709, creusa le golfe et mit le mont Saint-Michel au milieu des flots. Aujourd’hui, le rocher de Saint-Malo ne tient à la terre ferme que par une chaussée appelée poétiquement le Sillon. Le Sillon est assailli d’un côté par la pleine mer, de l’autre est lavé par le flux qui tourne pour entrer dans le port. Une tempête le détruisit presque entièrement en 1730.
Article
23/12/2019
La corrélation entre les 353 communes actuelles et les 280 mottes de châteaux féodaux explique le choix stratégique des lieux. Il s’agit de voir et d’être vu, pour assurer le contrôle et la prospérité du territoire.
Article
23/12/2019
L’église signale la centralité de ses bourgs anciens et constitue un motif paysager très fort sur les lignes de crêtes. La richesse des ressources naturelles justifie l’implantation des abbayes.
Article
23/12/2019
Avec l’arrivée du chemin de fer et l’essor du tourisme, le développement des villas borde le littoral, et s’oriente face à la mer.
Article
23/12/2019
L’organisation du bâti s’organise avec le soleil, le vent, les intempéries, la trame bocagère, la topographie… créant ainsi des typologies de bourgs et morphologies rurales et urbaines.
Article
23/12/2019
L’exemple de Roz-sur-Couesnon Coupe de Roz-sur-Couesnon, du marais au massif   
Article
23/12/2019
L’implantation du bâti est intimement liée au paysage, par la lumière, la matière et la couleur de ses matériaux.

Pages