Haut de page

Vous êtes ici

Dynamiques, enjeux et pistes d'action : Massif de Paimpont-Brocéliande

Dynamiques observées

  • L'emprise de la forêt semble peu évoluer. En revanche, les espaces de landes et les zones humides se boisent ;
  • Les espaces agricoles se simplifient à l'image des autres unités paysagères : la taille des parcelles augmente, les vergers ont totalement disparu et les haies bocagères ont été énormément réduites ;
  • En comparaison des autres unités paysagères, l'urbanisation du massif a connu une faible dynamique. Les maisons en bauge et schiste qui compose l'identité bâtie du Massif de Paimpont-Brocéliande ont tendance à disparaître. Elles sont abandonnées au profit d'un habitat pavillonnaire standardisé.

http://geobretagne.fr

Les espaces rocheux, les landes et zones humides qui entourent le site départemental de la Chambre-au-Loup se referment progressivement par des boisements.

http://geobretagne.fr

Malgré les dynamiques urbaines et agricoles, l’emprise de la forêt semble figée. En revanche, l’urbanisation qui s’appuie sur les franges change la perception de la forêt. L’urbanisation relativement dense dans le cœur du bourg de Paimpont s’éparpille vers le sud.

Enjeux et pistes d’action

  • Lutter contre la fermeture des espaces délaissés par l'agriculture traditionnelle

Les espaces de landes rocheuses ou les zones humides ont tendance à se refermer car délaissés par l'agriculture. La fermeture de ces milieux se fait au détriment de l'intérêt environnemental et paysager. Le Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine a réintroduit le pâturage dans l'espace naturel sensible (ENS) de Careil. Cette mesure permet de maintenir les milieux ouverts.

  • Développer la mise en réseau des espaces de loisirs

La proximité de Rennes, le grand nombre d'espaces naturels accessibles au public, la présence de la forêt et la force de son imaginaire font de cette unité un paysage fortement investi par les touristes et amateurs de "loisirs nature". Si les sites sont facilement accessibles en voiture, ils manquent pourtant d'une mise en réseau par des chemins piétons ou cycles.

  •  Promouvoir la valorisation du bâti ancien

​​​​​​​​​​​​​​ L'architecture vernaculaire aux murs en bauge et schiste est souvent abandonnée au profit de constructions plus adaptées à des fonctions et besoins qui ont évolués. Cependant certains propriétaires réinvestissent le bâti ancien. Ces initiatives sont à encourager pour préserver des noyaux bâtis cohérents avec leur environnement.