Haut de page

Vous êtes ici

Au nord du bassin de Rennes, des reliefs surtout granitiques

Vers le nord, à partir de la ligne du cisaillement Nord-Armoricain, différents événements spectaculaires ont affecté le vieux socle briovérien. En premier lieu, le jeu de failles et les déformations qui accompagnent la zone de cisaillement provoquent un bourrelet bien visible depuis le bassin de Rennes dont il marque visuellement la limite. Ce relief signe en effet le début d’un système géomorphologique différent qui s’étend vers le nord.

Intrusions granitiques : batholites et cornéennes

Au début du Cambrien (environ 540 millions d’années), les épais schistes et autres roches détritiques qui constituent les dépôts briovériens vont être traversés localement par différentes montées de roches issues des profondeurs. Ces batholites de taille et de forme très variable, constitués d’une roche granitique plus résistante, créent aujourd’hui des buttes ou plateaux bien identifiables dominant le socle de quelques dizaines de mètres. La composition granitique de ces reliefs, les sols qui s’y développent favorisent des formes végétales et agricoles contrastant avec les plaines ou plateaux qu’ils dominent : bocage souvent plus dense, prairies et boisements plus nombreux.  

 

Déformations du socle : plis et failles

Complétant le système des batholites, les jeux de plis et de failles qui affectent les alternances de schistes et de grès le long du cisaillement Nord-Armoricain, notamment au nord de Vitré, ont formé des plateaux accidentés. Contrairement aux batholites bien individualisés, leur effet structurant sur les paysages est plus inégal : difficilement perceptible en présence de systèmes de failles de directions variées, les ondulations peuvent être plus régulières au droit de certains plis.